Comment apprendre à avoir confiance en soi

Salut à toi ! Aujourd’hui j’ai décidé de répondre à une question que plusieurs personne m’ont posé dernièrement : « Comment tu travailles la confiance en toi ? ». J’ai déjà écrit un article sur l’anatomie de la confiance mais j’ai encore quelques conseils et outils qui pourraient t’être utiles ! Que ce soit pour prendre des décisions, pour faire entendre son opinion ou simplement pour être bien dans ses baskets, la confiance en soi est primordiale. C’est comme un muscle que tu peux choisir de travailler tous les jours ! Début de l’entrainement dans 5…4…3…2…1…

Ne pas écouter la petite voix dans ta tête

On a tous une (ou plusieurs) voix dans notre tête. Elle ne se tait jamais et ressemble à un bruit de fond plus ou moins gênant, de la musique qui tourne en boucle à la rumination de la répartie cinglante que tu aurais pu lancer lors de ta dernière prise de bec.

Bon déjà cette petite voix ça n’est pas toi. Et ça je trouve que c’est hyper libérateur parce qu’elle change si souvent d’avis que c’est un coup à devenir fou si on se base sur elle pour savoir ce qui est vrai ou pas.

Cette petite voix c’est ton mental. Il se base sur tes expériences passées et tes conditionnements pour juger, souvent négativement, toute nouvelle personne, idée, initiative… Son but est de résoudre des problèmes et garantir ta sécurité, il déteste que tu sortes de ta zone de confort. Donc le mental n’est pas mauvais en soi puisqu’il veut ton bien mais il est relou quand il t’empêche d’avancer ou de profiter de l’instant présent.

Alors, pour ne plus t’identifier à lui et pouvoir croquer la vie à pleine dents, je te conseil de lui donner un nom afin de créer un dissociation. De préférence un nom marrant pour dédramatiser. Le mien s’appelle Jo La Saucisse !

Salut salut !
Exemples :

Le mental : « Je suis pas capable de voyager toute seule. J’ai un mauvais sens de l’orientation et j’ai déjà du mal à retrouver ou j’ai garé ma voiture. En plus, je suis trop timide. Je vais me retrouver toute seule, perdue… Autant que je reste là ou je suis au moins je ne risque rien. »

Réponse : « Ok Jo la Saucisse tu te calmes ! Merci pour ton avis. Je sais que tu ne veux que mon bien mais je n’ai pas besoin de ton aide là tout de suite. Je préfère aller vérifier par moi même ! »

Le mental : « Damn it j’aurai du lui dire d’aller se faire foutre à ce type ! Pourquoi j’arrive jamais à m’affirmer ? Je ne suis qu’une petite chose fragile/incapable/émotive qui se fait marcher sur les pieds depuis toujours et ça ne changera jamais. »

Réponse : Bon ça va maintenant Jo la Saucisse ! C’était il y a trois semaines, faut passer à autre chose ! Et puis ne pas répondre c’est aussi choisir de ne pas se laisser engrainer dans la colère. En tout cas, je ne laisserai ni cette personne ni cette situation définir qui je suis ! »

Je pourrais donner plein d’autres exemple mais je crois que tu as compris 😉 Alors, comment s’appelle ton mental ?

Changer de disque

Est-ce que tu parlerais à ton meilleur ami comme tu te parles à toi même ?

Est-ce que si ton meilleur ami te racontait la fois ou il a foiré tu lui dirais « T’es vraiment qu’une merde ! Tu ne changeras jamais ! C’est bien fait pour toi ! »

Est-ce que si ta meilleure pote te disait qu’elle veut essayer quelque chose tu lui dirais :  » Pourquoi faire ? Ça sert à rien. T’es pas faite pour ça. La dernière fois tu as fait n’importe quoi. Reste dans ton coin. »

La réponse est non bien sur. Alors pourquoi te faire subir ça ? Pourquoi ne pas remplacer la voix de Jo la saucisse par celle d’un ami bienveillant ?

Exemples :

Jo la saucisse : « C’est trop dur ! J’y arriverai pas ? Pourquoi je me suis lancée là dedans ? J’aurai du rester chez moi. »

Changement de disque : « Allez courage ! Tiens bon ! Fais de ton mieux. Ça va aller. C’est qu’un mauvais moment à passer. »

Jo la saucisse : « J’ai tout gâché. J’ai plus confiance en moi. Ma vie est nulle ! Jamais je ne pourrais me le pardonner. »

Changement de disque : « Ok tu as merdé mais ça arrive à tout le monde. Tu sais pourquoi et tu sais comment faire pour ne plus provoquer ça. C’est en faisant des erreurs qu’on apprend. Au moins cette fois tu as BEAUCOUP appris, voilà tout. »

Ça change tout !

Comprendre et accepter chaque facette

Donc il y a nous, il y a la personne qu’on voudrait devenir et il y a une troisième entité tapie dans l’ombre qui surgit au moindre signe de faiblesse de notre part et qui prend un malin plaisir à saboter nos efforts.

Encore une fois, j’ai décidé de donner un nom à cette facette : Dark Lune. Tin tin tiiiiiiiiiiiin !!! Elle surgit quand je suis fatiguée, stressée et surtout quand je bois beaucoup. Elle fait des trucs débiles genre embrasser n’importe qui ou être agressive. J’ai plusieurs fois du réparer ses bêtises et m’excuser platement.

Je ne suis pas Dark Lune. Mais je la connais bien maintenant et même elle m’amuse. C’est comme si j’avais une jumelle maléfique. Je sais juste que si je ne dors pas assez, si je me mets trop la pression, si je m’ennuie ou si je bois beaucoup de shooters, elle se chargera de me le faire remarquer.

Comprendre ça et m’accepter comme je suis m’a aussi permis de mieux comprendre et accepter les personnes qui m’entourent. Comme dirais Jen Sincero : « Tu es humain, ils sont humains, vous avez foiré, lâche prise. » Personne n’est parfait ! Tu peux choisir de pardonner, de te pardonner et de passer à autre chose !

A propos de l’alcool

Qui ne s’est jamais dit : « J’ai encore trop bu, j’ai fait n’importe quoi ! Pourquoi j’ai fait ça ? C’était nul ! Je m’en veux tellement ! Plus jamais ! » pour refaire exactement la même chose quelques jours/semaines plus tard ?

L’alcool crée une zone de confort factice et faire n’importe quoi parce qu’on est bourré c’est facile. Alors soit tu continues comme ça et tu restes dans le domaine du connu ce qui est rassurant, soit tu décides d’avancer ce qui demande un effort. C’est à toi de décider.

Si c’est la deuxième option qui t’intéresse, tu as besoin d’un plan ! Ça pourrait être de rentrer avant 1h du matin à la prochaine soirée. Ou ne pas faire de mélanges. Ou ne pas boire après minuit. Ou laisser ta carte bleue chez toi. Il va te falloir du courage, et peut être que parfois tu régresseras mais on échoue que lorsqu’on arrête d’essayer 🙂

Tu peux aussi carrément arrêter de faire la fête pendant un moment et en profiter pour travailler sur ta confiance en toi pour ne plus avoir besoin de l’alcool pour te sentir « détendu ». Je dis ça je dis rien ! Et si d’un coup on te défini le rabat joie de la bande c’est que tes amis ne se soucient pas beaucoup de ton bien être…

Élargir de la zone de confort

On voudrait tous une vie confortable et facile. Mais si on ne fait jamais preuve de courage, on est vite enfermés dans un monde limité. C’est dommage parce que la vie à tant à offrir aaaaaahhhhh !

Est-ce qu’il y a un truc qui te met vraiment mal à l’aise à chaque fois ? Ne pourrais tu pas faire en sorte que ça change pour que ça ne soit pas une épreuve toute ta vie ?

Par exemple, je déteste conduire la nuit. Bon déjà je suis pas hyper à l’aise au volant mais la nuit, entre les phares qui me défoncent les yeux et les potentiels piétons égarés au milieu de la route, c’est l’angoisse totale. J’ai pas envie de redouter toute ma vie cette situation. Du coup, au lieu de la fuir, j’ai décidé de l’affronter en faisant des petits trajets de nuit avec mon chéri sur le siège passager. Je ne me sens pas encore totalement confiante mais je m’améliore et je me détends un peu plus à chaque fois !

Autres astuces pour élargir ta zone de confort :

  • Fais des choses par toi même : aller un restaurant, dormir à la belle étoile, tester une nouvelle recette, faire une randonnée, prendre un cours de marketing… Qui sait ?
  • Si quelque chose te fais peur, just do it ! Tu ne vas pas en mourir ! (Ce conseil ne compte pas pour la drogue crocodile !)

Célébrer les petites victoires et arrêter les comparaisons

La première fois que j’ai changé un fut de bière j’étais hyper fière de moi. Tous mes collègues savaient le faire depuis longtemps et c’est pas non plus comme si j’avais inventé un truc de ouf (genre une machine pour se téléporter) mais j’étais quand même contente parce que j’avais appris quelque chose de nouveau que je pouvais faire toute seule. Une nouvelle corde à mon arc !

Ce que je veux dire c’est que tu n’as pas besoin de déplacer des montagnes avant de te sentir digne d’une petite danse de la joie 😉 Personne n’est né en sachant jouer d’un instrument par exemple ! Enjoy the process !

On récapitule !

  • La petite voix dans ta tête qui te dis que tu es nul ça n’est pas toi
  • Tu peux changer de disque pour que ton mental devienne ton coach perso
  • On fait tous des choses dont on n’est pas fiers, c’est pas pour autant que l’on n’est pas dignes d’amour. On peut choisir de comprendre d’où viennent ces comportements, de travailler dessus et de pardonner (à soi même et aux autres)
  • C’est dans l’inconfort que l’on évolue ! Affronte tes peurs !
  • Un pas en avant c’est déjà une victoire !

Au fait ! Tu es parfait tel que tu es, il n’y a rien qui cloche chez toi. Tu es aussi digne d’amour que le bébé que tu étais il y a quelques années. Tu es simplement en train d’apprendre 🙂

C’est la fin de cet article et j’ai adoré l’écrire alors si tu as aimé le lire fais le moi savoir, j’en écrirai d’autres dans le même genre ! Et si tu as d’autres questions je serai ravie d’essayer d’y répondre !

Merci pour vos commentaires qui me font toujours plaisir, continuez comme ça 😉

Tu peux aussi t’abonner pour ne rater aucun article !

Merci et à bientôt ❤

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s