Stella, repère de teufeurs sur l’île de la Réunion

Salut à toi ! Aujourd’hui, je te raconte ma première (et dernière) soirée à Stella. L’île de la Réunion est un lieu de fête et la musique électronique n’est pas en reste, surtout dans l’ouest, aux environs de Saint Leu. Ce département français d’Outre-Mer de l’océan indien offre un cadre paradisiaque mais son caractère insulaire est propices aux excès. Dans cet article, je t’emmène avec moi au coeur de cet univers contrasté.

Dans un souci de respect du droit à l’image et de préservation du matériel, Brice et moi sommes revenus pour prendre des photos quelques jours après la soirée, au lever du soleil. J’espère qu’elle te plairont et t’aideront à saisir l’ambiance du lieu.

Bonne lecture 😊

L’entrée du site

Le coup du tabac chamanique

C’est le milieu de la nuit. Le son est bon mais on n’en peut plus de la dub. On est crevés. On accroche notre hamac sous un kiosque où trois gars sont assis dans l’obscurité autour de la table. On commence à discuter tranquillement quand la conversation prend un tour surprenant :

-Ça vous dit de fumer du tabac chamanique ?

-C’est quoi ? Du mapacho ?

-Attends c’est quoi ton truc ? C’est pas plutôt du tabac chimique ?

-Si c’est ça !

-C’est quoi le tabac chimique ?

-C’est de la poudre que tu mélanges au tabac et ça se voit pas.

-Et ça fait quoi comme effet ?

-Tu tombes par terre.

-C’est quoi l’intérêt alors ?

-Je sais pas j’en consomme pas, je fais que vendre.

-Viens Lune on se casse d’ici !

-Pourquoi ? Qu’est ce qui se passe ?

-C’est un putain de piège !

Donc nous on a eu de la chance. Normalement les mecs préviennent pas. Ils te font fumer et au bout de trois lattes tu t’écroules. Certains ne se relèvent pas, en mort cérébrale ou étouffés dans leur vomis. D’autres se réveillent violés, sans leur portefeuille ni leurs clé de voiture. Ça devient de plus en plus courant ce genre d’histoire à la Réunion. Alors le mot d’ordre c’est de ne jamais fumer sur le pétard ou la clope d’un inconnu. Jamais tu m’entends ??

Le règne du LSD

Contrairement au zamal (version locale de l’herbe), la drogue dure coûte cher car elle n’est pas produite sur place. Compte 170€ pour 1g de coke et 20€ pour un taz. Mais c’est le LSD que l’on trouve le plus facilement. Dans ce département, une goutte coûte 20€ et elle en vaut 10. Je ne sais pas pourquoi mais le LSD ici est surdosé. Du coup c’est hyper dangereux car on peut vite être surpris par une perche beaucoup plus intense que prévu !

Beaucoup de zoreilles (métropolitains installés depuis peu sur l’île) sont venus chercher la paix et la sobriété dans ce petit coin de paradis perdu au large de Madagascar. Malheureusement, beaucoup se font prendre à nouveau dans la spirale infernale de la défonce. Ici, il est possible de faire la fête sous les palmiers du jeudi ou lundi matin : difficile de tenir des bonnes résolutions dans ce cadre idyllique où le rhum coule à flot !

Un lieu emblématique

La beauté du site se dévoile au petit jour. À gauche du son, l’océan et, à droite, des montagnes derrière lesquelles se lève le soleil.

Des fleurs rouge sang et des voitures brûlée couvertes de graffiti confèrent au lieu un charme post apocalyptique.

Isolé au milieu d’un paysage magnifique, pas étonnant que Stella soit le repère de prédilection des teufeurs !

Tout le monde se connaît, ce qui est à la fois positif et négatif. La scène free de l’île est très active et regroupe toutes les semaine une grosse communauté d’amateur de musique électronique. Les rencontres se font facilement. Mais, comme souvent dans un groupe de personnes qui prennent de la drogue font souvent la fête ensemble depuis plusieurs années (les auvergnats sauront de quoi je parle), il y a beaucoup d’histoires qui relient les participants comme une grosse toile d’araignée faite de violence, de trahisons, de déceptions amoureuses, de jalousie… Dans la poussière du petit matin, la tension est palpable et les prises de têtes fréquentes.

NB : En cas de soirée à Stella, pense à prendre plusieurs litres d’eau car il n’y en a pas sur place. À partir de 10h il n’y a presque pas d’ombre et il fait VRAIMENT chaud !

L’heure de la remise en question

En face du mur de son, un petit sentier mène à un rocher qui surplombe l’océan. C’est l’endroit parfait pour admirer les couleurs de l’aube. Je regarde ma main sur la roche et j’ai l’impression de toucher des coraux au fond de l’eau.

Je suis HS et encore sacrément perchée. Ça n’a rien de fun, c’est même assez douloureux. J’engage un bras de fer mental avec moi même pour ne pas sombrer. Je repense à cette fille croisée il y a quelques semaines en soirée qui m’a dit qu’elle préférerait être morte, qu’au moins elle serait tranquille et d’un coup je la comprends. À quoi bon vivre ? À quoi bon s’acharner ? Quel est le sens de tout ça ? Y a-t-il un sens ? Je me sens capable de rien, certainement pas d’affronter la vie. Lassitude. Tout me semble fragile et illusoire. Aléatoire.

Mais je connais cet état de vacuité et de désillusion totale, je sais que c’est passager. Cet état je le connais même trop bien. J’ai hâte que ce soit fini. Je me jure un fois de plus de ne pas recommencer. J’ai envie de rentrer mais j’ai pas envie de descendre de mon rocher. Je rêve d’un lit tout en sachant que je ne pourrais pas dormir avant plusieurs heures. J’ai froid, la gorge sèche et la bouche en feu. Je me demande ce que je fais là.

Je m’en veux d’avoir céder à la pression sociale de la murge du samedi soir par peur de paraître ennuyeuse. Moi qui prônent une vie saine pleine de hautes vibrations, je me vois perdue après une nuit anxiogène, couverte de terre, avec des idées suicidaires… Je n’ai pas passé une bonne soirée, je ne passe pas un bon moment mais j’ai un déclic. Si je m’aime vraiment et que je me souhaite le meilleur, je ne suis pas à ma place ici et je n’ai plus rien à faire dans ce genre de soirées.

-Mon amour, toi et moi on avait dit qu’on avancerait ensemble. T’as pas l’impression qu’on stagne là ? Ça te dit pas qu’on passe à autre chose ?

Bilan de cette longue nuit

  • Mieux vaut ne pas habiter à Saint-Leu et ses alentours si tu veux lever le pied sur la teuf !
  • Si c’est pour se défoncer devant un caisson, autant rester en métropole où la drogue coûte deux fois moins cher !
  • Une nuit entière de dub c’est trop pour moi !
  • Je suis contente de connaître ce repère de pirates débauchés mais je crois pas que j’y retournerai…

Bilan assez négatif donc. Mais je garde un bon souvenir ! J’ai rencontré un homme noir du genre armoire à glace qui, quand un blanc lui a demandé ses origines, a répondu avec fierté : « Moi je suis un bâtard ! ».

Chers amis blancs, arrêtez de nous poser cette question !

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article ❤ S’il t’a plu, laisse une trace de ton passage en le partageant, en postant un commentaire ou en cliquant sur j’aime !

As tu eu une expérience similaire ou différente ? À la Réunion ou ailleurs ? Je serai ravie de lire ton avis et d’échanger avec toi !

Pour un tour d’horizon plus objectif du milieu de la rave à la Réunion, je t’invite à suivre ce lien : L’univers des Free Party à la Réunion

À bientôt !

3 commentaires

  1. Holala ! Les mauvais trip ici ou ailleurs se ressemblent chère amie ! Et les questionnements dans ces moments là se ressemblent aussi. Les pages qui se tournent, les renversements de vie ou de nos intentions prennent quelques fois souche dans ces moments où on se fait mal au corps et à l’âme. Tu as cent fois raison : partir si loin et ne finalement rien voir ni de ce qui nous entoure, pas même soi-même, pour finalement reprendre une routine qui nous sied……c’est sans intérêt ! Le voyage nous fait ! Parole de voyageur intérieur ! Pour la dub, on en parlera de visu un de ces jours. Des bises.

    Aimé par 1 personne

    • Oui justement je sais qu’on est beaucoup à se retrouver face à nous même dans ce genre de situation mais quand ça arrive se sent très seul !! Garder son calme, savoir que ça va passer et se poser les bonnes questions 🙂
      Merci pour ton commentaire, hâte de te rendre visite pour parler musique et voyage intérieur 😚

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s