La misogynie intériorisée – Les femmes qui détestaient les femmes

Hola !

Donc l’autre jour je me faisais tranquillement traitée de garage à bite par des femmes sur Facebook et ça m’a grave inspirée ! Chacun.e son truc 😉

La misogynie intériorisée, qu’est ce que c’est ?

La misogynie c’est le mépris, en général masculin, pour les femmes qui se traduit par de la violence verbale, physique ou sexuelle.

On parle de misogynie intériorisée lorsqu’une femme ressent du mépris pour une autre femme. Une femme peut aussi faire preuve de misogynie envers elle-même lorsqu’elle juge son corps ou son comportement comme ne correspondant pas à l’image que la société se fait d’une « vraie femme », ce qui entraîne de la souffrance et de la culpabilité.

Pour info, le mépris des hommes c’est la misandrie. Ça n’avance à rien non plus. La haine n’avance à rien. Grosse révélation, quelle profondeur !

La perfidie du patriarcat, ce fils de poulpe !

Le patriarcat nous assigne a des comportements genrés selon le sexe avec lequel on naît. Il nous mets dans des cases. Les hommes doivent être forts et soutenir financièrement la famille. Les femmes sont plus émotives, sensibles et doivent s’occuper du foyer, de la maison, des enfants, ect…

Pourtant ça vaut le coup de casser les codes non ?

De nos jours, la société patriarcale continue à mettre les femmes en compétition entre elles, nous rendant jalouses les unes des autres. On appelle ça diviser pour mieux régner. Tiens tiens ! Cette femme porte une mini jupe et elle est très sociable. Elle tente probablement de séduire mon mec pour qu’il la protège des bêtes sauvages !! Et si je la rabaissais pour me rassurer ?

Exemple concret : Dans son spectacle Mother Fucker, Florence Foresti dit cette phrase « Regarde comme elle est trop belle, j’la déteste cette pute ! ». Ensuite, elle surenchérit en disant que ça, ça ne passe pas avec les années. C’est bien dommage car dans ce sketch elle banalise une réaction misogyne et violente face à une femme jugée plus belle. Belle donc menaçante donc haïssable donc insultable. Et tout le monde se marre ! Désolée Florence, tu me fais bien rire mais t’es clairement pas safe !

Si tu te sens menacé.e par la présence d’autres personnes, c’est que tu as un problème de confiance en toi. Si tu juges le comportement des gens autour de toi c’est qu’il y a des choses que tu ne t’autorise pas à faire. Si tu ressens la présence d’une autre personne comme une menace pour ton couple, c’est dans ton couple qu’il y a un problème. Si tu es un homme et que tu as envie de sauter sur toute les femmes qui portent des décolletés, c’est pas normal.

Les hommes ne sont pas des animaux qui pensent avec leur bite et les femmes ne sont pas des petites choses vulnérables en quête d’attention. Pfffiou ça fait du bien quand ça sort !

Pourtant ce mécanisme de pensée est encore très présent. C’est dangereux parce qu’on tombe facilement dans la culture du viol. Les hommes sont par nature des prédateurs, les femmes doivent faire attention à ne pas les provoquer et si l’une d’elle se fait violer c’est qu’elle l’a cherché… La prochaine fois elle mettra une jupe moins courte ! MEURS !

Pourquoi c’est si difficile de sortir du moule ?

Une fois encore, il y a bien longtemps ( Pierre ? Présent ! ),l’être humain s’est rendu compte qu’il pouvait littéralement partir dans tous les sens. Pour se rassurer et assurer la survie de l’espèce, il a inventé des règles. Si l’un.e d’elleux ne respectait pas ces règles, iel était rejeté.e de la communauté, se retrouvait seul.e et sa vie était menacée. Même si cette façon de voir les choses est encore une fois très primaire, dans notre inconscient le fait de défier les règles de la société est toujours aussi risqué. Sortir du moule = la mort ! Ça vaut pour tout et tout le monde. Pense à la réaction de ta famille si tu t’autorisais à arrêter de faire ce qu’on attend de toi pour suivre ta propre voie.

Le conditionnement est tenace et les préjugés font légion. Les femmes n’ont pas encore le droit de disposer de leur corps et de leur vie comme elles le souhaitent sans être jugées. C’est parfois douloureux de se remettre en question. Le travail de déconstruction est un processus lent et difficile.

Solange en parle très bien dans sa vidéo Je suis misogyne

Comment savoir si tu as des schémas de pensée misogynes ?

  • Es tu à l’aise avec les poils ? Si tu es une femme, te sens-tu obligée de t’excuser lorsque l’un d’eux pointe le bout de son nez ? Es tu à l’aise avec ton corps tout court d’ailleurs ?
  • T’es tu déjà dit qu’une femme qui avait un vie sexuelle particulièrement active « baisait comme un homme » ?
  • As-tu déjà jugé une femme parce qu’elle était trop maquillée ? Ou pas assez soignée ?
  • T’es tu déjà dit qu’une femme était trop ou pas assez féminine ?
  • As-tu déjà jugé une femme qui priorisait sa carrière à sa vie de famille ? Et l’inverse ?
  • Te sens-tu menacée si une fille intègre ton groupe de pote ? As-tu peur de perdre ta place ? Nan mais moi je préfère traîner avec des mecs parce que les meufs elles sont trop chiantes quoi !
  • As-tu déjà ressenti de la pitié pour une femme de plus de 40 ans célibataire et sans enfants ?
  • Es tu mal à l’aise face à un homme qui adopte des comportements dits féminins ?
  • Considères-tu le contenu adressé principalement aux femmes comme futile et inutile ? (Par exemple, les chaines YouTube de beauté) Pour avoir de la valeur, un contenu doit il être consommé et approuvé par les hommes ?
  • Penses tu qu’une femme ne doit pas être trop musclée ? Cuisses/abdo/fessiers uniquement, surtout pas le dos ou les bras !

Pour aller plus loin, je t’invite à cliquer sur ce lien : 23 manières dont vous avez peut être intériorisé la misogynie sans même le savoir. Les images sont justes trop drôles !

Peace mes sœurs !

On n’est plus à l’âge de pierre (Présent !…c’était la dernière fois, promis !). Les femmes n’ont clairement plus besoin des hommes pour survivre. Nous n’avons plus aucun intérêt à être en compétition. Au contraire, en agissant ainsi on se prive du soutien, de la solidarité, des expériences et du savoir de nos paires. Au lieu de se comparer les un.e.s aux autres, on pourrait peut se rencontrer, ou au moins respecter la vie et les choix de chacun.e.

Et puis même….le schéma homme/femme c’est un peu binaire vous ne trouvez pas ? Même ces deux cases là elles sont obsolètes !

Les personnes qui sortent du moule élargissent la réalité et le champ des possibles ! Elles préfèrent la liberté à la sécurité. Mais on ne peut pas vivre toutes les expériences ! Alors écoutons nous, échangeons, connectons nous, faisons preuve d’empathie.

Merci !

On n’oublie pas d’aimer, commenter et partager svp ! Je suis sûre que tout le monde à quelque chose à dire sur ce sujet, c’est le moment de transmettre vos expériences et votre vision des choses. Ça m’intéresse, vraiment !

…ça va être tout noir ! 😉

Un commentaire

  1. J’arrive pas à liker…
    Du fond de ma fin de nuit je lis avec tout d’abord de la stupeur et aussi de l’intérêt.
    Je ne sais pas si c’est vraiment dans le champ que tu explores que ça se passe (le champ des types mysogine, misandrie etc. Intériorisé ou pas).
    Ou simplement les socio-praxies en général. Les pratiques sociales de dégradation de l’image de l’autre (l’image de l’autre c’est pas que l’aspect hein) m’ont toujours interrogées. En miroir de ce que tu évoques, on pourrait prendre les pauvres par exemple. Qui reçoivent tant de haine. Du genre  » ils y sont quand même pour quelque chose à leur situation  » etc.

    Il y en a pleins d’autres…
    Dans ce que tu dis, les réactions des gens, je vois de la jalousie. Pour les pauvres de la peur et du mépris.
    Et au-delà de tous ces trucs sociaux plus ou moins l’idée inconsciente qu’il existe une norme comportementale en général sur des questions et principes qui relèvent ou de choix individuels ( sa sexualité par exemple ) ou de ce que nous pouvons avoir en héritage ( la pauvreté par exemple ) ou aussi bien nos origines…
    Au fond du fond, c’est un appel à la Norme ! Et cette norme qui est là et toujours dans une forme d’impensé, elle s’exprime quand on a peur de l’autre, on est jaloux de ce qu’est l’autre, de sa liberté etc. Elle remonte à la surface. Elle devient un outil du mal en quelque sorte.

    Y aurait tant à dire…….et je sais pas si ça vaut le coup…..si ceux qui devraient entendre ça le peuvent.
    Fraternité !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s