Voyage à Iquitos – Guide de survie dans la jungle péruvienne (Partie 2/2)

En suivant un groupe de voyageurs rencontrés à Cuzco, j’ai eu la chance de vivre deux mois dans la communauté Aroiris. A 40 minutes d’Iquitos en combi, un chemin s’enfonce dans la jungle et mène à ce lieu magique. Je n’oublierai jamais ce que j’y ai appris mais il a d’abord fallut que je m’adapte à ce nouvel environnement. Je me souviens que je voyais des serpents partout à la place des lianes et des racines entrelacées. Dans cette deuxième partie du guide de survie à la jungle amazonienne, je partage avec toi mon expérience et ce que j’aurai voulu savoir avant de me lancer !

Pourquoi la jungle c’est cool

Pour les passionnés de nature, l’observation des animaux sauvages dans leur habitat naturel et la luxuriance de la végétation font de la forêt amazonienne le paradis sur terre.

Autour du lieu, il n’est pas rare de croiser des tribu de singes, des colibris, des iguanes, des serpents colorés, des piranhas, des énormes crapauds, des papillons gros comme la mains, des mygales poilues et autres insectes insolites… On entend en permanence des centaines d’animaux, des milliers la nuit. Certains ressemblent à des rires de sorcières, d’autres à des instruments exotiques formant une étrange symphonie primitive. Les jaguars quant à eux s’approchent rarement des habitations.

Chaque jour est aussi l’occasion de découvrir de nouvelles plantes, souvent comestibles et/ou médicinales. Parmi elles, la célèbre liane torsadée de l’ayahuasca. L’une des plus intéressantes est l’ajo sacha qui a le goût et l’odeur de l’ail. Si tu te frictionnes le corps avec, les animaux ne peuvent plus sentir ton odeur. C’est un moyen naturel et efficace de se protéger des moustiques mais aussi d’observer de plus gros animaux qui, ne détectant pas ta présence, s’approcheront plus près. Le problème c’est que ça veut aussi dire sentir mauvais pendant plusieurs jours…

Savais tu que les ananas poussent comme des fleurs ?

19959113_1559797827427477_3099188923930107524_n

Il n’y a quasiment aucun bruit d’origine humaine, pas de moteur sauf celui de quelques avions. C’est très reposant. Il n’y a pas non plus de réseau ni d’accès à l’électricité. Quand la nuit tombe, on allume des bougies et on se réunit autour du feu sacré. J’ai pris l’habitude de me coucher tôt et de me réveiller avec les premiers rayons de soleil, il n’y a pas meilleure façon de commencer une journée.

Pourquoi la jungle c’est aussi un peu l’enfer

Il y a des bestioles agressives de type fourmis, moustiques et puces, partout, tout le temps !  Il faut s’y faire et s’armer de patience car les répulsifs, les vêtements et les moustiquaires ne suffisent pas à se protéger totalement. Ne marche pas pieds nus car au bout de quelques jours tu ne reconnaîtras plus tes orteils et tes chevilles déformés par les boutons et les grattages incessants. Ce qui est plutôt dangereux car chaque plaie est une porte d’entrée pour les bactéries, champignons et autres staphylocoques, risque accentué par la chaleur et l’humidité. Cool ! Mieux vaut aussi éviter la cup.

Rares sont ceux qui se lavent sereins. Entre l’eau trouble et les poissons mordeurs de grains de beauté, difficile de se détendre.

19905429_1559783930762200_3015648887756116810_n
La salle de bain !

Les tissus et les papiers deviennent humides et seront ravagés par les moisissures s’ils ne voient pas assez souvent la lumière.

La forêt amazonienne est un environnement merveilleux mais parfois hostile. Vivre à la roots nécessite de l’organisation et une bonne condition physique et mentale qui seront mises à l’épreuve.

La nourriture et l’eau potable

Pas d’électricité veut dire pas de frigo. C’est l’occasion de faire preuve de créativité pour ne pas se lasser des lentilles et du riz. Tu as aussi intérêt à aimer la yuca, l’avoine bouillie et les fruits !

Savais tu que la chair autour des fèves de cacao à la goût d’un yaourt à la fraise ?

Pour ce qui est de l’eau potable, on récupérait celle de la pluie et on en ramenait parfois de la ville. Il existe des pailles filtrantes très légères et compactes qui permettent de boire même dans une flaque d’eau d’apparence douteuse.

19875311_1559799887427271_138052299045399488_n
La cuisine !

Dans ta trousse de secours

  • Du répulsif anti-moustiques
  • Du désinfectant et du gel hydroalcoolique
  • Des huiles essentielles : de l’arbre à thé pour désinfecter, de la lavande pour cicatriser, de la citronnelle…
  • De l’imodium ou du Spasfon, un truc efficace si ton colon se transforme en geyser !
  • Du PQ ! Quand il n’y en a plus les feuilles ça dépanne mais c’est pas non plus hyper absorbant…

En cas de plaie purulente, de douleurs internes, de diarrhées et de vomissements, rends toi rapidement dans un hôpital. Pas de panique, les médecins sur place ont l’habitude de traiter ce genre de symptômes. A l’hôpital de Nauta, les tests sanguins et le traitement contre la malaria sont gratuits.

19748856_1559840657423194_1013813983871049525_n.jpg

Les bons réflexes

  • Se faire vacciner contre la fièvre jaune
  • Se munir de bonnes chaussures de marche
  • Si tu voyages avec des appareils électroniques, je te conseille de les laisser dans un lieu sûr et sec à Iquitos ou à Nauta, par exemple le guarda equipaje d’un hôtel. Les champignons n’ont aucun scrupule et s’infiltrent jusque dans les objectifs des appareils photos. Profites en pour alléger ton sac car une longue marche t’attend.
  • Pense à prévenir tes proches de ton expédition car une fois dans la jungle impossible d’envoyer un SMS.
  • Toujours vérifier qu’il n’y a pas de scorpions dans les chaussures avant de les enfiler. La plupart ne sont pas mortels mais leur piqûres est extrêmement douloureuse !
  • Avant de te coucher, vérifie aussi que rien ne t’attend sous les draps
  • Se balader avec une tenture pour se protéger des piqûres
  • Ne pas laisser de nourriture dans ton sac, les cafards la trouveront !

Conseil : Les trompes des moustiques passent à travers les tissus trop fins alors si tu dors dans un hamac place ta tenture entre la toile et toi. Je ne l’ai pas fait la première fois, quand je me suis réveillée mon dos n’était plus qu’une énorme plaque boursouflée…

Il y a un avant et un après la jungle

La vie dans cette communauté m’a transformée. Sans parler de rituel chamanique, j’y ai trouvé une famille et une nouvelle facette de moi-même, plus sauvage et équilibrée. Le confort est relatif et la vie n’est pas toujours facile mais elle est simple et calme. L’absence de distraction et le contact avec la nature favorise l’introspection. Tout est plus intense. Il n’y a rien de comparable à ce que l’on ressent quand on souffle la dernière bougie et que l’on s’endort dans l’obscurité totale et bruyante de la forêt.

La jungle est pleine de sagesse et délivre son savoir à qui sait écouter.

Aimerais tu en savoir plus sur le fonctionnement de la communauté Aroiris?

Qu’est ce que tu préfères : te baigner avec les bébés piranhas ou te réveiller avec une mygale au dessus de ton lit ?

Like, share and comment please ❤

Merci et à bientôt pour de nouvelles aventures 😉

Crédit photo : Simon Morin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s