Voyager quand tu as un utérus

Yo yo yo !

Ce matin je me suis réveillée en tachant les draps, comme souvent, sauf que cette fois je ne suis pas chez moi et que ce ne sont pas mes draps. Bref, j’ai mes règles. Autant te dire que j’étais pas vraiment de bonne humeur en me levant. Pour dédramatiser la situation, je me suis dit que c’était le moment de parler de protection hygiénique et de contraception. Parce que c’est pas toujours facile à gérer quand on est loin de sa zone de confort et que l’IVG n’est malheureusement pas légal partout, autant être bien préparés !

Les protections hygiéniques

La cup

On ne présente plus la coupe menstruelle qui en plus de respecter notre corps respecte aussi l’environnement et notre porte feuille. Pleine de bonnes intentions, la première fois que je suis partie j’étais armée de ma Luna Cup car je ne supporte plus les tampons et que je n’avais pas envie de laisser des montagnes de serviettes hygiéniques sur mon passage.

Bon déjà c’était un peu ambitieux parce que j’ai jamais vraiment réussi à bien la placer. C’est très rare qu’il n’y ai pas de fuites. On ne peut pas dire que je sois totalement en confiance. Et quand tu n’as pas beaucoup de vêtements de rechange, avoir des tâches c’est vraiment la loose !

Et ça se complique encore plus si comme moi tu aimes bien passer du temps dans des endroits reculés, sans eau courante ni électricité, à la roots. C’est dans la jungle que je me suis rendue compte que la cup n’était finalement pas le Saint Graal. Quand il a fallut que j’allume un feu pour la faire bouillir dans la cuisine de la communauté ça allait encore, ça a été l’occasion de discuter de ce que l’on cache souvent honteusement. Donc à la limite, jusqu’à la première insertion, c’est gérable. Là ou ça devient limite impossible, c’est au moment de la vider et de la remettre. On se lavait dans l’eau trouble du fleuve. Je me suis rendue compte que j’avais rarement les doigts propres, en tout cas pas assez propre pour les mettre plusieurs fois par jour dans mon vagin. Et pour rincer la cup il faut aussi de l’eau, la plus pure possible. Celle que l’on utilisait pour cuisiner était recueillie dans un gros conteneur lors des averses, conteneur dont le filtre s’est avéré cassé et dans lequel masserait donc plein de choses… En gros j’ai eu peur de chopper des saloperies tropicales. A ce moment là, j’avais en DIU et donc encore plus de risques en cas d’infection.

J’ai laissé tomber, j’avoue.

Remarque : Si tu as tes règles dans la jungle et autres habitats parfois hostiles, mieux vaut éviter de te baigner. Certains animaux aquatiques de taille plus ou moins imposante sont particulièrement attirés par le sang (et/ou l’urine donc pas de pipi dans l’eau non plus!). Je te conseille de te laver à l’ancienne, c’est à dire en utilisant un sceau et tes mains.

Les autres alternatives

J’ai donc recommencé à acheter des serviettes jetables tout en essayant d’utiliser au maximum la technique de la « continence des lunes ». Cela consiste à maîtriser le flux menstruel afin de l’évacuer en allant aux toilettes. J’ai pu ainsi rester en bonne santé tout en limitant les déchets.

Il existe dans serviettes hygiéniques et des sous vêtements adaptés qui sont lavables. A tester et à acheter avant de partir car une fois sur place, à moins de les fabriquer soi-même, c’est difficile de s’en procurer.

La contraception

Les hormones et le stérilet en cuivre

Rares sont les femmes qui supportent bien la pilule. En effet, malgré le coté pratique (encore faut il ne pas l’oublier), la liste des effets indésirables est longue comme le bras. Lors d’un voyage prolongé, cela veut aussi dire partir avec plusieurs plaquettes, ça prend de la place. On peut alors penser à la pose d’un implant ou d’un stérilet hormonal. Mais l’autre gros problème des hormones c’est que, lorsqu’elles sont évacuées par les urines, elles polluent l’eau et le sol.

J’ai donc opté pour un DIU (dispositif intra utérin ou stérilet) en cuivre pour mon premier voyage. Avec lui sont arrivées des règles extrêmement abondantes et douloureuses. L’une des premières choses que j’ai faite en rentrant a été de le faire enlever, ma quête de la méthode de contraception parfaite continuait…

Le diaphragme

Méthode très ancienne et pourtant très méconnue, le diaphragme allié à un spermicide est celle que j’utilise actuellement. Il s’agit d’une coupe en silicone dans laquelle est déposée une noisette de gel qui empêche le passage du col de l’utérus par les spermatozoïdes. Pour s’en procurer un, il faut trouver la bonne sage femme (toutes ne le délivrent pas) et prendre rendez vous pour faire des essais car il y a plusieurs marques et la taille varie d’une femme à l’autre.

Points postitifs :

  • le diaphragme est réutilisable
  • pas d’hormones et réduction de la pollution
  • il ne prend pas beaucoup de place
  • on peut le mettre 2h avant le rapport ce qui évite de s’arrêter en plein milieu
  • en cas de rapports répétés, on peu réintroduire du spermicide entre le diaphragme et le col de l’utérus grâce à un pipette
  • un tube de gel dure assez longtemps car une petite quantité suffit (mieux vaut quand même en prévoir deux).

Points négatifs :

  • le diaphragme (entre 30 et 50 euros) et le gel (environ 12 euros) ne sont pas remboursées par la sécurité sociale
  • il faut attendre 6 à 8h après le fin du dernier rapport pour pouvoir l’enlever. Et il ne faut pas le porter tout le temps pour ne pas perturber l’équilibre du vagin. En cas de rapports réguliers, je te conseille d’alterner son utilisation avec celle des préservatifs.
  • comme pour la cup, il faut avoir les mains propres et pouvoir le laver correctement

46837255_517631258732108_5743260208428220416_n

Les préservatifs

Les préservatifs restent la méthode de contraception la plus simple et la plus pratique, surtout en l’absence ou au début d’une relation stable et exclusive. Malgré la fait qu’il n’est absolument pas plastic-free, il a le mérite d’empêcher la transmissions des IST et MST !! Si tu envisages d’utiliser une autre méthode de contraception, n’oublie pas de passer par l’étape dépistage.

Bilan : Faire au mieux

Le plus important de préserver ta santé et ton équilibre psychologique (et tes fringues!). En voyage, c’est ton corps qui te permet de réaliser tes rêves, prends en soin. Rien ne sert de te mettre en danger ou en difficulté par principe ou manque d’organisation. Dans tous les cas, mieux vaut toujours avoir quelque serviettes et préservatifs sous la main !

J’espère que cet article t’a plu et t’a été utile. Si c’est le cas, n’hésite pas à le partager ! Peu importe ton sexe et ton genre, on est tou.te.s concerné.e.s 😉

Si tu voudrais en savoir plus sur l’un des sujets abordés tels que la vie dans la jungle ou la continence des lunes, laisse un commentaire.

Merci et à bientôt ! ❤

9 commentaires

      • Jamais eu de fuite et pourtant j’ai des règles abondantes depuis le stérilet ! Non c’est assez facile, elle redescend assez avec le poids du sang donc tu peux l’attraper aisément. T’as pas mal de sang sur les doigts certes, et tu dois l’essorer et la laver, mais c’est pas plus dérangeant qu’une cup !

        Aimé par 1 personne

  1. Hello. Perso j’ai opté pour une autre option niveau règles, j’ai des serviettes réutilisables, faut juste les laver mais, au moins si t’es pas chez toi ou que tu n’as pas accès à de l’eau « propre » c’est pas ultra grave, tu met dans un pochon, bien enveloppé, au fond du sac (le temps de trouver de quoi les laver) ça ne sent pas et j’ose croire que les bebetes ne s’en approche pas plus que ça (en vrai je suis dans un appart à buenos aires avec tout le confort possible donc je ne fais qu’une hypothèse).
    Évidemment il en faut plusieurs, en coton bio si possible (du moins c’est ce que j’ai fait, je les avait cousues chez moi il y à longtemps maintenant et depuis je tourne avec mes sept serviettes à chaque cycle.
    Voilà, en espérant peut être te croiser sur Buenos Aires :). Hasta luego.

    Aimé par 1 personne

    • Hola 🙂 merci pour ce témoignage ! Donc toi tu les as faites toi même ? C’est génial ! Tu as suivi un tuto ou tu as improvisé ?
      Par contre oui l’option au fond du sac c’est pas une bonne idée dans la jungle, les fourmis trouvent TOUT ahah donc faut juste les laver tout de suite 🙂
      Je passe sûrement à BA en janvier !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s